limpa-style.ru

Home page maigrir tres rapidement homme naturellement avantage regime semi presidentiel À propos de nous

Varice oesophagienne item anglais

C’est le premier piège, qui fait d’ailleurs l’objet de la question 5. ) La question 2 est simple (TDM TAP) (sans injection, vu la fonction rénale), la 3 demande de la rigueur méthodologique (diagnostic positif, différentiel, étiologique, gravité, préthérapeutique…), la question 9 est surtout du bon sens (urgence vitale).C’est vraiment une lecture et un avis personnel, qui me servira pour ma conférence de tutorat (et je partage, parce que ça peut intéresser…) Si vous ne voulez pas lire – ce qui se comprendre mais alors TRES BIEN -, ne cliquez pas sur « lire la suite », et pis voilà 😉 Dossier 1 Déconcertant : pulmonaire, digestif, rénal… Nous sommes peu aidés par la phrase « Ses vomissements ont commencé 24 heures auparavant.\o/) Les troubles de la marche évoquent un syndrome cérébelleux, ce qui nous rassure avec l’IRM vue ensuite – je ne détaillerai pas l’interprétation, je suis vraiment nul à ce jeu-là.Il ne faut pas écrire l’inverse : occlusion par étranglement herniaire – pneumopathie… La question 7 est assez difficile également : alcalose métabolique non compensée, avec effet shunt (et hypokaliémie, à corriger avec le p H). Il n’est pas compensé par un mécanisme d’hypoventilation (augmentant la PCO2 sur le schéma de Davenport), parce que la patiente n’est pas en état pulmonaire d’hypoventiler…A la question 3, la tête guindée et la raideur de nuque évoquent un engagement des amygdales cérébelleuses (comme je le mentionnais dans mon powerpoint de pédiatrie !Voici mes petites notes de lectures personnelles de la lecture des dossiers des ECN 2013…Les examens à réaliser en urgence sont l’ECG, l’ECBU, l’échographie rénale, et puis après on peut discuter la CRP, la protéinurie aussi…» En réfléchissant un peu, on se dit que la base, c’est les fausses routes – pneumopathie de déglutition (en dehors des simples Streptococcus pneumoniae, Haemophilus influenzae, Branhamella catarrhalis, il faut penser aux anaérobies et germes digestifs avec des Pseudomonas aeruginosa et entérobactéries notamment…) – lever le garrot en urgence, à jeun, traitement symptomatique… Etrangement, on ne discute pas l’EP avec l’alcalose, l’effet shunt et la tachycardie (heureusement la question 6 aide en parlant d’antibiothérapie pour pathologie pulmonaire !L’examen clinique doit être complété par un examen neuro-ophtalmique (oculomotricité, diplopie mono/binoculaire, nystagmus – pour la suite du dossier et faire plaisir au neurologue qui l’a rédigé aussi -, symétrie pupillaire…et sans oublier le FO, aussi clinique qu’une otoscopie).On évoque bien sûr une tumeur cérébrale en premier, sans oublier les causes vasculaires (angiomes…), peut-être un lymphome pourquoi pas.La question 6 est encore un moment de méthodologie à mon avis : éducation de la patiente sur l’insulinothérapie, les collations, le sport, les règles d’hygiène (tout ce qu’il y a dans l’énoncé).

Il est souhaitable de consulter:


[MIXKEYWORD]

Avis

  • mre454, 14-Jun-2016

    52
    La question 3 est bien sympathique également et vous rappelle le piège du potassium (corriger la kaliémie avec l’acidose ET supplémenter en K+ quand on traite par insuline), ce qui permet de ne pas l’oublier en question 5 (avec arrêt de tous les traitements, hydratation, insuline, antibiothérapie en grands principes, et une surveillance comme si vous aviez signé votre propre nom dans la marge : TA, état d’hydratation, glycémies… ) La question 2 est un classique : l’insuffisance rénale aiguë peut être fonctionnelle (déshydratation extra-cellulaire), obstructive (ça colle pas mal avec la pyélonéphrite sur calcul dans ce cas), organique (interstitielle sur AINS surtout ; pas de syndrome glomérulaire ici, vasculaire pas de raison ici).